N°9 / 2017

Utopies, dystopies et uchronies

Marianne Celka, Matthijs Gardenier, Eric Gondard, Bertrand Vidal
Utopies, dystopies et uchronies

Résumé

« Bien qu’il soit prudent de mettre en doute la promesse du bonheur dans une citée réglée sur le principe de sa perfection, le pari utopique demeure une étoile de la conscience. Sa luminosité attire les yeux fertiles vers un lieu improbable où s’efface la ligne d’horizon historique séparant la nature et la culture ».

Patrick Tacussel, L’imaginaire radical, 2007.

 

Sommaire du numéro

Introduction

Marianne Celka, Matthijs Gardenier, Eric Gondard, Bertrand Vidal

Les récits de cités alternatives qui se projettent dans un outrepart, s’évadent également dans un autre temps. Alors que les temps actuels semblent manquer de projections à venir, de récits science-fictionnels qui nous enverraient dans les confins de nos jours futurs, alors que l’esprit du temps semble figé dans un éternel instant (André Breton), dans l’immanence d’un quotidien qui se perpétue, comment est-il possible de penser le destin des hommes ? 

Lire la suite

De l'humain au posthumain : analyse d’une utopie controversée

Pierre Bourgois

Si, d’une manière générale, on considère l’utopie comme « un lieu fictif, créé par un auteur ou un groupe de personnes, dans lequel il est possible d’imaginer une société idéale, et de dénoncer par-là les travers de son temps », le mouvement transhumaniste s’y assimile alors parfaitement. Les utopistes du posthumain voient ainsi dans la technique un moyen de rompre directement avec le déterminisme qui englobe depuis toujours l’humanité et empêche sa progression.

Lire la suite

Réinventer le rêve américain  : Le parti transhumaniste

Vincent Guerin

Récemment, Zoltan Istvan a fait scandale en évoquant le contrôle des naissances. Dans la perspective d’une conquête de la mort, il s’interroge : « Devra-t-on encore permettre à n’importe qui d’avoir autant d’enfants qu’il souhaite ? ». Il imagine un permis, accordé suite à une série de tests, qui permettrait l’accès à la procréation et la possibilité d’élever des enfants. En seraient exclus les sans domicile fixe, les criminels et les drogués. Mobilisant, tour à tour, l’argument humanitaire – donner une meilleure vie...

Lire la suite

Du cyberespace au mind-uploading : de la liquéfaction à la liquidation de la ville ?

Marion Roussel

Dès le début des années 1990, le cyberespace fait l’objet d’une abondante littérature théorique[4]. Analysé comme un nouveau niveau de réalité habitable collectivement, comme un nouveau royaume pour l’émergence d’une conscience humaine planétaire, le cyberespace, idéalisé, n’est alors plus perçu comme partie prenante d’un monde dystopique, mais s’impose comme une véritable utopie. L’intérêt des milieux académiques et scientifiques pour le cyberespace est bien évidemment lié à la mise en place d’Internet (1983), à la commercialisation, dès 1985, des périphériques d’immersion...

Lire la suite

Imaginaires cinématographiques de Los Angeles. Projets utopiques et représentations dystopiques

Alfonso Pinto

La structure temporelle des deux films de Cameron est sans doute un des éléments qui contribuent à l’efficacité du récit. En particulier, il est utile de rappeler les différents décalages entre passé, présent et futur qui caractérisent l’univers diégétique du récit. La plupart des événements racontés se déroulent en 1984, pour le premier chapitre, et en 1991 pour le deuxième, c’est-à-dire dans univers temporellement contemporain à celui du spectateur à la sortie du film. En revanche, dans la diégèse, ce...

Lire la suite

Uchronies d’une utopie : réécrire Mai 68

Florian Besson, Jan Synowiecki

Mettre l’accent sur la dimension politique, c’est oublier les dimensions économique, sociale, culturelle, pourtant pleinement constitutives des événements de Mai 68. Ce tropisme participe bien sûr de l’oubli du monde et du pays : ce qui compte, c’est Paris, et Paris c’est le politique. C’est l’un des problèmes de l’uchronie, qui pèse lourdement sur sa production et explique sûrement le scepticisme de nombre d’historiens : dans une France où l’école des Annales a profondément marqué le paysage historiographique, une histoire qui oublie l’économique...

Lire la suite

« Contre le football moderne » : une « utopie interstitielle » ?

Kath Tyldesley, Mike Tyldesley

Notre passion pour le football s’inscrit dans la vie de tous les jours. C’est là où nous trouvons notre identité tribale, en tant que fans de telle ou telle équipe. Nous la vivons tous les jours parmi nos amis et nos connaissances – que ceux-ci soient des fans de Wanderers, des rouges, des bleus, ou des fans de Rovers. Le weekend, le samedi particulièrement (et ceci est un point sur lequel le mouvement « contre le football moderne » en Grande Bretagne...

Lire la suite

Glastonbury et Damanhur, des utopies pour notre temps

Georges Bertin

Certes, un des aspects de la globalisation consiste à faire du monde un seul lieu mais il est à noter toutefois que Glastonbury maintient simultanément une variété de mondes et de points de vue lesquels interagissent entre eux. La population présente donc une mixité sociale et une diversité qui produit parfois des conflits mais attire aussi l’attention sur ses intérêts communs. Les problèmes résolus se transforment en bénéfices mutuels. Cette partie de « l'île d’Avalon » est ainsi en continuel développement, et...

Lire la suite

Le projet d’utopie marxiste

Omer Moussaly

De grands auteurs d’utopie ont jalonné l’histoire de Platon à Thomas More et au-delà. Par l’utilisation de la dialectique dans sa République, Platon fait progresser ses interlocuteurs (disciples et adversaires de Socrate) vers un idéal où le beau, le juste et le bien constituent des vérités ultimes de l’existence terrestre de l’âme humaine qui ne transmettent aux mortels que leur reflet. Aussi fait-il naître une cité idéale. De surcroît les écrits utopistes afficheront par la suite une démarcation entre deux...

Lire la suite

Varia/ Les sciences sociales au travail du commun : le savant fait politique

Sébastien Joffres

Le projet du commun vient s’opposer à deux ennemis. D’une part, le capitalisme avec son marché produit des inégalités, soumet les gens à ses objectifs de rentabilité, détruit les liens entre individus... D’autre part, l’État contrôle, rigidifie, gouverne... Dans ces deux logiques, la vie est gérée ailleurs que là où elle se déroule et par d’autres que ceux qui la vivent. Chacun est dépossédé de ce qui le concerne au profit de l’intérêt public défini par l’État et/ou du marché....

Lire la suite

Varia/ Du constructivisme social vers une sociologie constructiviste

Florian Lombardo

Les premières pierres d’un constructivisme social en sociologie ont été posées aux alentours de 1966. Bien que peu exploité depuis, il semble pertinent de reprendre l’étude de ce dernier là où elle avait été laissée. Qu’est-ce que le constructivisme social ? Comment se manifeste-il en sociologie ?

Lire la suite

Recension/ Corps et âme. Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, de Loïc Wacquant

Yann Ramirez

Comme le titre l’indique, l’ouvrage est un carnet ethnographique qui décrit de façon détaillée une salle de boxe au cœur d’un milieu urbain et défavorisé : à savoir le « ghetto noir » de Chicago. Son observation participante intense fut totale puisqu’il poussa son engagement jusqu’à la compétition amateur, à la suite d’un entraînement drastique. Au sein des trois textes composant le livre, Loic Wacquant décrit l’« habitus pugilistique » et ses conséquences sur le « corps » devenu stratège et capital. L’interaction entre l’individu et le...

Lire la suite

Coordination

Marianne Celka

Maître de conférences
Sociologie
LEIRIS
Université Paul-Valéry Montpellier